Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dissidences Pyrénéennes.

Dissidences Pyrénéennes.

Infos,patrimoine, politique locale, environnement,

Publié le par puyvalador-rieutort
Publié dans : #réflexion

-"L'essentiel est invisible, on ne voit bien qu'avec le cœur !"

Antoine de Saint Exupéry.

S'il est des choses qui font progresser l'homme sur le chemin de son humanisation, plus que ses acquis risquant de détruire les avancées, l'impossible ouvre la porte au nouveau !

Bien sur, nous rencontrerons toujours cette tentation de confondre l'énoncé du problème avec ses solutions...

Chaque fois que nous restons sur des idées anciennes pour faire face à de nouveaux cas que nous rencontrons, peut être par crainte de perdre ce qui représente à nos yeux les références de notre identité, nous nous heurtons au mur de l'impossible.

Si, dit on, à l'impossible nul n'est tenu, il s'avère que la résolution de "l'impossible" constitue toujours l'avancée et le moteur de l'évolution qui alimente de futurs développements...

De plus, chaque progrès vient modifier profondément les structures non seulement de nos façons de penser et d'agir, mais aussi contribue aux modifications structurelles de notre cerveau par les connections et les utilisations nouvelles développées.

Chaque "impossible" solutionné est une pierre de plus dans l'édifice de l'humanité, non pas une pierre immobile, mais une pierre volante, bien vivante !

Il y a celui qui amène la ou les solutions et tous ceux qui vont imiter, puis s'approprier la ou les découvertes pour les intégrer dans leur propre schémas personnel, ainsi parfois les modifier, les adapter à leur propre milieu, à leur environnement et trouver une plus juste application de la nouveauté. Parfois, cette traduction que l'on prend au pied de la lettre finit par s'éloigner du mécanisme d'origine qui engendre la solution et trahit sa logique...

Fou donc le fou qui s'agite, mais plus fou encore le "sage" qui s'est assagi au point que son immobilité l'ait transformé en statue de sel !

Parfois le fou a raison, car il révèle la différence qui permet d'envisager autrement l'avenir.

Prendre de la hauteur pour élargir la perspective n'est finalement fondé que si l'on garde ses attaches à la réalité du quotidien. Celui qui s'élève en snobant ce qu'il croie dominer finit par se couper de ses racines et donc se fane et retombe à la poussière...

Cependant, sans prendre de la hauteur, l'on finit le nez dans le guidon et l'on ne voit ni la route, ni le paysage... et encore moins ce qui peut advenir derrière la colline.

Il faut de tout pour faire un monde et celui qui est en haut a besoin de celui qui est en bas et réciproquement...

Pour que ce monde fonctionne, il faut de l'intelligence, non pas tant de savoirs, mais tout simplement des liens. Car sans liens, rien ne tient !

Alors, regardons "nos quatre excellences" et leurs moulins...

Certes, l'on pourrait considérer que leur point de vue, si élevé, constitue une innovation par la dimension de l'étendue. Cette innovation suffit elle à justifier un investissement de l'Etat dans le redimensionnement de nos axes de communication et leur entretien ?

Rien n'est actuellement aussi peu sur, simplement au constat du rapiéçage de la N 116 qui prend des airs de route forestière sur certains tronçons et à cette vision "touristique" de la D 118 quelque peu revisitée mais sans redimensionner le vétuste calibrage issu d'une autre époque... Seule la partie Ariégeoise de la N 20 s'est vue un peu revisitée, mais avec un tunnel souvent fermé pour travaux et sinon le passage du col de Porté-Puymorens non déneigé...

L'alternative décevante démontre le manque de motivations de l'Etat et des Régions !

Alors, un "Grand projet" peut il vraiment ouvrir une reconsidération de la problématique des réseaux de communications ?

Coté "Catalan", le climat est plus clément dans le fait que la "Généralitat" ait investit et que l'Espagne est moins à la traîne que nos piètres contrées !

Décidément la Capitale Catalane est plus proche de nous que Paris... ou que Toulouse ou Montpellier !

Faut il chercher l'avenir avec ceux qui nous sont plus proches qu'avec ceux qui nous snobent ?

S'il semble que la dynamique région Catalane soit en émergence d'une crise économique, la fréquentation en skieurs a cependant bien baissé. Un jour sur deux les fins de semaine et cela peut se comprendre en considérant des coûts de séjour dans des structures résidentielles pas véritablement adaptées ni aux moyens, ni aux besoins de ceux qui peuvent encore se payer le luxe de si chères vacances à la neige.

Un prix de forfait plus élevé est il "la bonne réponse" au financement de "l'excellence" ?

Le tout tourisme n'a pas vraiment de beaux jours devant lui !

Alors, innover ne passe t' il pas par une autre considération de la problématique ?

Faute de n'avoir la considération de nos voisins "Occitans", ne faudrait il pas chercher à développer d'autres secteurs économiques à créer avec nos voisins Catalans ?

L'un n'empêchant pas l'autre, une complémentarité vaut mieux qu'un désert dont il faudrait finir par racheter du sable... Au prix de la neige artificielle !

Bonne réflexion !

G.

Commenter cet article